PRÉSENTATION DU PROJET

Herbarium est un projet pictural sur le thème de la déforestation.
Les peintures sont réalisées à l’aide du poids de rouleaux compresseurs. Des végétaux savamment choisis et composés sont enduits de peinture, compressés entre deux toiles, afin d’obtenir la singularité de leurs formes et de leurs empreintes.
 


 

EXPOSITIONS

Galerie Saint-Hubert à Lyon (2016) >> voir le focus

 


 

PRÉFACE DU CATALOGUE

Il fallait bien que cela lui arrive un jour. Après avoir tant dessiné et peint la Terre, Michel Granger a fini par s’en emparer, physiquement, comme un nouveau médium, fusionné avec la toile pour donner Herbarium.
Michel Granger n’est jamais à court de surprises magnifiques.

Dans la lignée de ses traces de chars et de l’utilisation d’engins lourds en guise de pinceaux, Michel Granger s’est lancé en 2015 dans un nouveau cycle de création avec des… rouleaux compresseurs, pesant jusqu’à 19 tonnes, « outil » paradoxal, à la fois destructeur et créateur.
Sa peinture est associée à des végétaux – branchages, feuillages, fleurs, herbes – pris en sandwich entre deux toiles, comprimés par ces « cylindres », après avoir été savamment piétinés par les fortes chaussures du peintre enduites de couleur. Le rouleau compresseur donne de la puissance à son message écologique de paix.

On retrouve, comme un fil rouge qu’il continue de dérouler inexorablement depuis plus de quarante ans, le thème de la Terre, de la protection de notre environnement. « C’est la branche qui donne le trait. Au moment où on l’enlève de la toile après la pression, elle laisse apparaître le trait de sa trace », analyse l’artiste. Son « herbier » géant conserve la mémoire, les formes des végétaux d’origine, retravaillés picturalement. Les toiles n’ont plus que le souvenir de la branche qui a servi de matrice, la branche dont il ne reste que l’empreinte. « Ce que l’on voit, ce sont les traces des végétaux. On est plutôt dans des végétaux pétrifiés, fossilisés ».

L’idée de travailler par diptyque renvoie au test de Rorschach… principe que Michel Granger a su se réapproprier, réinterpréter à sa façon. Car « il n’y a rien de mieux composé, explique-t-il, que le reflet miroir d’un paysage sur un lac »…
Avec son Herbarium, Michel Granger rend un hommage à la nature, détruite ou menacée, mais que sa peinture fait renaître de sa destruction, dans toute sa splendeur.

Pierre Julien
Journaliste au Monde

 


 

Michel Granger - Herbarium
Michel Granger - Herbarium
Michel Granger - Herbarium

ec3c4a7e198b15b6adf22332a240a04cSSS